La rentabilité

Comme le souhaite le « Cadre de référence pour l’implantation d’éoliennes en Région Wallonne », le parc des Coeuvins mettra en valeur plusieurs terrains communaux habaysiens.

Sa rentabilité financière repose sur les atouts du site (un vent moyen nettement suffisant) ainsi que les dispositions réglementaires et décrétales actuelles garantissant aux sources d’énergie non polluantes des certificats verts.  Le plan financier de Lucéole Scrl pour ce projet est réputé solide, sans être trop optimiste, par les professionnels du secteur.

Des hypothèses conservatrices démontrent un temps de retour sur investissement de l’ordre de 8 ans amenant à une rentabilité financière supérieure à 10 % l’an.

Sa rentabilité écologique repose sur l’économie de CO2 et des autres nuisances des énergies classiques qu’il faut acheminer au sud du pays par ligne HT ou autres transports routiers polluants dont il faut tenir compte dans un bilan CO2 ;

Durée de vie.

En raison de leur durée de vie minimale (Le permis d’exploiter est octroyé pour 20 ans), les éoliennes auront non seulement généré un bénéfice patrimonial pour les coopérateurs de Lucéole Scrl, les citoyens ainsi que la ou les communes, mais également  économisé l’équivalent de 115 000 tonnes de CO2. C’est actuellement le seul moyen de production d’énergie renouvelable, dans notre région, qui puisse offrir une quantité électrique équivalent à la consommation résidentielle du pays, la Wallonie en particulier. Les autres sources renouvelables nous apparaissent moindre quoi qu’indispensables.

Une éoleine = 1 ha de panneaux solaires

Une installation hydroélectrique de 50 kw est remarquable. Une éolienne est de l’ordre de 3 Mw! En panneaux photovoltaïques 300 Wc (Watt-crête), cela représente un hectare de panneaux pour un prix astronomique (De l’hypothèse de calcul de 12 millions d’euros).

Un autre argument entendu couramment : les éoliennes ayant une production électrique intermittente, il faut les coupler avec des moyens classiques (à gaz ou à mazout par exemple) : oui, bien que les réseaux de production éolienne s’étendent à toute l’Europe et diminuent d’autant l’effet d’intermittence. Mais il n’y aurait pas d’éoliennes, les moyens classiques devraient fonctionner en tout temps, 24h sur 24. L’éolien quand il est productif en diminue donc d’autant la production de CO2. C’est tout bénéfice pour l’environnement et non le contraire quand les choses sont mal perçues.